La nosemose


    L’agent causal de la nosémose est Nosemaapis Zander, protozoaire qui se nourrit et se multiplie sur les parois de l’intestin moyen des abeilles adultes. Dans son cycle évolutif, Nosema apis passe par différents stades dont celui de spores, qui sont les éléments de conservation et de propagation du parasite dans le milieu extérieur (Van Laere, 1978).

    Ces spores manifestent une grande résistance. Elles survivent dans les excréments d’abeilles pendant plus de deux ans, dans le sol, de 40 à 70 jours, et dans les cadavres d’abeilles pendant plusieurs semaines. Elles résistent à 60C° pendant 10 minutes en suspension dans l’eau et, soumises à la dessiccation, elles restent vivantes 2 mois à la température de laboratoire.

    Les spores de Nosema apis sont détruites en 10 minutes dans l’acide phénique à 40 % et dans les vapeurs d’acide acétique à 10-15C° en2 jours. La température optimale de développement de Nosema apis se situe entre 30 et 35°C. Au-delà de 37°C, son développement cesse et en dessous de 10C°, les spores ne germent pas. La transmission de la nosémose est assurée d’une ruche à l’autre par le pillage, la dérive, l’essaimage, les interventions de l’apiculteur, et d’un rucher et d’une région à l’autre par l’essaimage, la transhumance, les manipulations de l’apiculteur et les transactions commerciales.

    Symptômes et diagnostic :

    Certains symptômes extérieurs sur les abeilles atteintes de nésomose peuvent ressembler à ceux d’autres maladies; envol difficile, abeilles rampantes devant la ruche, présentant des ailes écartées, des tremblements et autres manifestations de paralysie; enfin, on peut observer des réunions par petits groupes avant la mort. Les signes extérieurs les plus caractéristiques de la nosémose sont, à un stade avancé, la dépopulation des adultes par rapport à un couvain sain, des signes de diarrhée et un abdomen gonflé.

    Dans les formes graves, la colonie meurt rapidement. Il existe cependant une forme latente de nosémose qui décime lentement la ruche. Le diagnostic de la nosémose au rucher est impossible; l’examen microscopique au laboratoire est le seul qui puisse conduire à un diagnostic certain. Ce dernier est basé sur la recherche des spores, soit dans les déjections, soit dans le produit de broyage de l’estomac.

    Avec les loques américaine et européenne, l’acariose interne et la varroase, à l’échelle de l’apiculture mondiale, la nosémose constitue une des cinq maladies les plus graves des abeilles. Elle est répandue dans les principaux pays apicoles et les pouvoirs publics de ces derniers ont réglementé sa lutte car il s’agit d’une maladie contagieuse.

    La nosémose fait le plus dégâts dans les pays dont le climat est froid et humide.

    Les races d’abeilles déplacées de leur milieu naturel, surtout des régions sèchesvers des zones humides, deviennent sensibles à cette maladie. Une bonne exposition des ruches peut éviter les attaques de nosémose. Les apiculteurs expérimentés savent bien que l’ouverture et les manipulations fréquentes des ruches augmentent son incidence.

    Les colonies d'abeilles atteintes, mais encore fortes, sont réunies deux à deux. Celles qui sont devenues faibles doivent être détruites par le feu et le matériel désinfecté.

    Jusqu’à présent, il n’existe un médicament connu, donnant des résultats: sammonium-fumagilline, antibiotique connu sous le nom de Fumidil-B. Son efficacité dans la répression de cette maladie a été découverte en 1952 (Katznelson et Jamieson, 1952). Ce produit n’agit pas sur les spores mais seulement sur les formes de multiplication de Nosama apis.

    La dose totale doit être de 100 milligrammes de Fumidil-B actif par colonie. Le mieux est d’administrer cette dose en 4 fois, mélangée au sirop de sucre à 50 % à raison de 1 litre (25 mg de Fumidil-B par litre) de sirop par semaine successive. Dans le traitement curatif des formes aiguës, on doit administrer la fumagilline dès que la maladie est diagnostiquée. Dans les régions septentrionales de l’Amérique du Nord, la plupart des apiculteurs administrent ce médicament en prévention à toutes leurs colonies saines, en automne, après la dernière récolte de miel. En opérant de cette manière, on constate une régression très marquée de la nosémose au printemps.

    Il n'y a pas de traitement médical que l'on a le droit de prescrire en France. La Fumagiline a une action contre les microsporidies, mais n'a pas d'AMM en France.

    Nozevit est un produit à base de plantes, complètement naturel, produit selon une recette traditionnelle à partir de polyphénols végétaux et d'eau purifiée. Utilisé comme complément alimentaire, il aide dans le traitement de la nosémose causé par Nosema apis et Nosema ceranae.

    Le meilleur remède reste la prévention et l'attention portée à nos colonies d'abeilles...

    #noémose #lapikulteur #essaimsabeilles #apiculture #apiculteur #rucher