Renouvellement des cires de cadres

La couleur de la cire des nouvelles bâtisses varie du blanchâtre au jaune clair.  Au cours des années, cette couleur vire au brun clair, puis au brun foncé. 

 

Le vieillissement et l’obscurcissement des bâtisses est plus rapide dans les cadres qui ont été utilisés pour le couvain. En effet, après plusieurs pontes, les vieux cocons de larves que les nettoyeuses ne parviennent pas toujours à enlever, s’accumulent dans les alvéoles, ce qui provoque en outre leur rétrécissement.

 

Ce dernier provoque une diminution de la taille des abeilles. Ainsi, Buchner (1953), comparant la taille des ouvrières issues d’alvéoles qui avaient servi à 6 8  générations, avec celles de nouvelles alvéoles, a calculé que le poids moyen des premières était de 96,1 milligrammes contre 118,3 milligrammes pour les secondes.

 

Le vieillissement et le rétrécissement des alvéoles à couvain aurait également pour effet de favoriser l’essaimage

La marque du temps se manifeste aussi sur les bâtisses à provisions non seulement par l’obscurcissement de la cire, mais également par les trous, les cavités et les déformations de la cire, rendant difficile le travail de désoperculation à la miellerie.

 

Du fait des inconvénients de son vieillissement, la cire des cadres devrait être remplacée tous les 5 à 7 ans. En pratique, on procède à un remplacement progressif de la manière suivante : dans les hausses, à partir de la troisième année de leur usage, et ensuite chaque année, après l’extraction du miel, on remplace par des cadres garnis de cire gaufrée les deux cadres dont les rayons présentent le plus d’imperfections; dans le corps de ruche, on procède de la même façon, également à partir de la troisième année, à l’époque où la surface du couvain est très réduite.

 

Dans les régions du sud, on renouvelle les deux bâtisses les plus détériorées au moment de la suppression de la vieille reine ou de l’introduction de la nouvelle, vers fin septembre ou début octobre. Dans les ruches que l’on ne remère que tous les deux ans, on remplace trois vieilles bâtisses à chaque remérage...

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload