La memoire des abeilles

Lorsque les jeunes ouvrières sortent pour la première fois de leur ruche, elles apprennent sa localisation, sa couleur, ses dimensions, sa forme et sa relation avec les objets du voisinage, tels que les arbres, les pierres, etc.

 

La rétention mnémonique chez les abeilles de l’espèce Apis mellifera est très persistante. Des expériences ont prouvé qu’elles peuvent retrouver l’ancien emplacement de leur trou de vol après 30 jours d ’éloignement, mais qu' il leur faut au moins 10 heures d' accoutumance à un nouvel emplacement pour qu’elles le retrouvent après en avoir été éloignées.

 

Cependant, un éloignement, en plaine, de plus de 3 kilomètres de leur emplacement les empêche de le retrouver. Seules les abeilles essaimeuses ne retournent pas à leur ancienne demeure à moins que la reine de l’essaim ne meure au cours de l ’essaimage. 

 

Les abeilles apprennent aussi à éviter les chocs corporels. Lorsqu’elles butinent, certains organes de fleurs peuvent, par détente, heurter une partie de leur corps. Ainsi dans le cas du butinage de la luzerne, les butineuses apprennent à éviter la décharge du style qu' elles libèrent en enfonçant leur tête dans la corolle pour y puiser le nectar.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload